2) Une exposition universelle

a. Qu'est-ce qu'une exposition universelle ?

Les expositions universelles ont été crées au XIXe siècle pour présenter les réalisations industrielles des différentes nations. Elles sont vues comme la vitrine technologique et scientifique des participants, témoignant du progrès au cours de la révolution industrielle.

C'est Henry Cole qui est à l'origine de cette initiative, soutenu par la famille royale d'Angleterre. La première exposition universelle prend place au Royaume-Uni, pays pionnier de cette révolution industrielle, et plus précisément sur le fameux site de Hyde Park, en 1851. Elle est le début d'une très longue série qui permettra l'apparition de nombreuses constructions devenues symbole des villes où elles ont été construites. C'est ainsi que la Tour Eiffel, symbole de Paris, l'Atonium de Bruxelles, ainsi que le Space Needle, à Seattle, ont été édifiés .

Ces expositions, qui ont lieu dans les pays qui s'industrialisent de plus en plus, les mettent en compétition, offrant des médailles et des récompenses aux plus méritants. Cette motivation, qui s'ajoute à celle de montrer au monde sa puissance industrielle, a permis l'optimisation de la qualité des constructions lors de ces expositions. De plus, elles sont prétextes à de grands projets d'urbanisme dans les différentes villes qui accueillent l'exposition, notamment pour le métro, avec son apparition à Paris en 1900 et à Montréal en 1967.

Le Crystal Palace, qui accueillait une grande partie de l'exposition universelle de Londres en 1851.

 


b. L'exposition universelle de 1889:

Cette exposition, la plus connue en France, parce qu'elle a vu l'apparition de la Tour Eiffel, est la dixième de l'histoire. Elle a lieu du 6 mai au 31 octobre 1889 s'étendant sur plus de 50 hectares dans Paris. Elle prend place dans deux lieux différents, selon la catégorie dans laquelle se classe les inventions présentées. Ainsi, sur le Champ de Mars et dans le palais du Trocadéro prennent place l'art et l'industrie, avec de nombreux pavillons, chacun représentant une nation. Elle s'installe également aux Invalides, où sont représentées les colonies françaises, ainsi que la guerre.

Une galerie des machines, un palais des Beaux-Arts et des Arts libéraux sont aussi présents non loin de l'esplanade du Trocadéro, répartissant de cette façon toutes les réalisations des différentes nations. Une fontaine dessinée par Saint-Vidal est placée sous la Tour Eiffel, pour attirer encore plus de visiteurs vers la plus grande "attraction" de l'époque.

Toute l'organisation de cette exposition a été assurée par un ingénieur de la ville de Paris, proche collaborateur du fameux Georges Eugène Haussmann, Jean-Charles Alphand. Pour faciliter l'accès des visiteurs et surtout pour satisfaire leur volonté de grandeur, il met en place deux ballons à hydrogène qui survole toute la ville, et donc toute l'exposition, l'un au-dessus de l'avenue Kléber, tandis que l'autre se situait vers le boulevard de Grenelle. Cela permettait au public le plus fortuné d'admirer toute la splendeur des installations, et principalement une Tour Eiffel qui s'imposait dans le ciel comme au regard des gens, en culminant à 300 mètres.

Mais la Tour Eiffel, même si elle était la principale raison de la visite d'un grand nombres de personnes, d'autres attractions avaient été organisées par J.-C. Alphand. En effet, le spectacle "The Wild West Show" de Buffalo Bill fut joué à cette occasion et rencontra un énorme succès. Une autre attraction, plutôt originale, permettait d'admirer ce qu'on appelait un "village nègre" dans lequel étaient enfermés plus de 400 esclaves indigènes destinés à amuser les familles.

Le thème de cette exposition, à l'occasion de son centenaire, était la Révolution Française de 1789. Ce thème entraîna une grande polémique, notamment autour de la Tour Eiffel, qui devint vite, aux yeux de beaucoup, le symbole de cette Révolution bourgeoise et surtout de ses conséquences, et devait donc être détruite. En dépit de cette grande opposition, les organisateurs de l'exposition ont cherché à respecter ce thème, par exemple en reconstituant le Bastille et ses alentours, rappelant ainsi un grand moment de notre histoire.

Jean-Charles Alphand, organisateur de l'expostion.

 

 

Publicité pour des billets de train Lyon - Paris au moment de l'exposition.

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site